Forum

 

Le Forum "Harkis et Vérité" est un espace de débat ouvert à tous celles et ceux qui souhaitent s'exprimer librement sur leur histoire, leur vécu et l'actualité de la communauté harkie.

Votre opinion :

______________

 

 

 

 

De Nicolas : " Merci pour votre site riche en informations ! "

  Rennes, le 25 avril 2007

      Lycéen en première à Rennes, je voudrais vous témoigner de mon admiration envers vos actions. Je suis très touché par la guerre d'Algérie et très déçu que des changements positifs n'aient pas été faits. Mon grand-père était soldat là-bas, il a beaucoup souffert. Je fais actuellement un travail de recherche (peu approfondi car je suis en 1ère Scientifique) sur les Harkis. Je suis passionné par ce sujet et je voulais vous remercier pour votre site riche en informations.¢

Réagir : 

_________________________

De Claude FERRA : " Pour nous, c'est Ségolène !"

  Le Var, le 15 avril 2007

       Cher Monsieur Charles TAMAZOUNT, tout d'abord nous vous remercions de votre courage et votre honnêteté pour informer la communauté harkie de la lettre ouverte de Ségolène Royal aux rapatriés pieds-noirs et harkis. Enfin une candidate qui s'engage par écrit pour que la France puisse parler de son histoire et qui  propose 4 engagements  : pour  l'ouverture des archives , la création d'une commission d'enquête indépendante sur le massacre des harkis et sur la fusillade d'Isly ainsi que sur l'ouverture d'un droit à réparation aux enfants de harkis.
Tout n'est pas parfais, mais c'est déjà un grand pas pour faire sauter cette chape de plomb qui existe  depuis 45 ans. Ainsi,  nous sommes des rapatriés socialistes  qui soutenons et appelons à voter Ségolène Royal pour qu'elle puisse mettre en oeuvre ces quatre engagements. Comme nous voulons que cela change fortement, nous nous sommes engagés dans cette démarche de vérité, mais aussi pour montrer un autre visage de pieds-noirs.
On s'est toujours servi de ce problème pour caresser les pieds-noirs et les harkis dans le sens du poil. Cette manipulation a  empêché de faire connaître la vérité et éviter de faire  des lois définitives pour apporter réparation aux rapatriés pieds-noirs et harkis.
Bien entendu, pour faire entendre la vérité et notre histoire aux Français, notre implication dans les débats futurs  s'appuiera  sur des bases d'humanisme et de démocratie, car nous sommes fortement attachés aux valeurs de la République. Voici notre blog pour vous informer et échanger sur notre démarche. http://memoires-pieds-noirs-socialistes.blogspot.com. Très cordialement.
¢

Réagir : 

_______________________

De AJIR 66 : " Bravo !"

  Perpignan, le 6 avril 2007

           Je viens de prendre connaissance des dernières informations. En tant qu’enfant de harkis, le travail accompli par Monsieur Charles TAMAZOUNT mérite des félicitations. Étant moi même président d'une association dans le Pyrénées Orientales (AJIR 66), je vous demande de me communiquer les informations afin de les relayer auprès de nos frères harkis et fils de harkis. Encore un grand bravo à Charles TAMAZOUNT. ¢

Réagir :    

________________________________

De Farid : " Des mesures spécifiques !"

  Bordeaux, le 1er février 2007

           Je partage votre analyse. Il faut que nous, les enfants de harkis, on pense à demain. Nos parents n'ont pas eu ce qu'ils étaient en droit d'attendre de ce gouvernement. En surfant sur votre site, j'ai remarqué que les promesses faites par la droite n'ont pas été respectées. J'habite dans le sud ouest, et j'ai pas de boulot. Je trime. J'ai demandé de l'aide aux services des rapatriés. En fait, il n'y a rien pour nous, les enfants de harkis. Pourtant, depuis deux ou trois ans, j'entend souvent que le gouvernement va lancer des trucs pour les enfants de harkis. Et y a toujours rien ! Pour moi, je pense qu'il faut une grande politique pour les enfants de harkis avec des mesures spécifiques.¢

Réagir :    

_________________________________

De Harkis du Loiret : " Les sacrifices consentis"

  Orléans, le 26 janvier 2007

           L’année 2007 sera une année riche en évènements pour les associations. Vous n’êtes pas sans savoir que depuis leur rapatriement, l’ensemble des rapatriés connaît des problèmes que les gouvernements qui se sont succédés depuis quarante-quatre ans n’ont pas voulu ou su résoudre. Ni les lois françaises, ni les droits de l’homme, tant vantés aujourd’hui, n’ont été appliqués à ces hommes méritants dont les cimetières militaires de métropole sont là pour témoigner des sacrifices consentis lors des conflits dans lesquels était engagé notre pays et plus particulièrement durant les deux dernières guerres mondiales. ¢

Réagir :    

__________________________________

De Marc : " Planter des tentes ! "

  France, le 25 janvier 2007

           J'ai lu avec attention votre appel. Pour répondre à votre question, je crois qu'il faut faire un coup d'éclat. Il faut "se montrer" comme beaucoup d'associations le font, faire venir les médias, en organisant un seating, en y plantant des tentes !! On pourrait aussi démarcher les sociétés de productions audiovisuelles et les inciter à écrire l'histoire de nos parents, comme l'a fait le producteur du film "indigènes" ? Voilà ma contribution.... A bientôt, bien amicalement.¢

Réagir :    

_____________________________

De Aïssa : " Des mesures pour l'emploi ! "

  Paris, le 14 janvier 2007

           Moi aussi, je suis à Paris. Je suis aussi à la recherche d'un emploi. Et quand on est fils de harkis, c'est pas la tarte. Depuis plusieurs années, j'ai entendu parlé de mesures pour l'emploi pour les enfants de harkis. Or, je constate qu'il n'y a rien en réalité. Il faudrait des mesures pour aider les enfants de harkis qui veulent s'en sortir, surtout dans le domaine du travail. Aussi, faire quelques choses pour les enfants de harkis qui débarquent dans la capitale. Au niveau du logement, il faudrait nous permettre d'en avoir un car c'est dur à Paris. Bravo pour le travail que vous faites.¢

Réagir :    

_______________________________________

De Youssef: " Nous commençons à nous réveiller ! "

  Paris, le 9 janvier 2007

           Bonjour à tous et toutes. Je suis fière de voir que nous, les enfants de harkis, enfants de la patrie de Voltaire, nous commençons à nous réveiller sérieusement. Les années passent, nos parents disparaissent, la société, le peuple français oublis le sacrifice que nos parents ont fait en Algérie.
Actuellement, je galère. Je suis a la recherche d'un emploi. Donc je compte habiter sur Paris ou en banlieue pour avoir plus de facilité de trouver un emploi. Je suis actuellement en recherche d'un logement sur PARIS ou Banlieue. Youssef, fils de harkis et fier de l'être. Vive la France!
¢

Réagir :    

_____________________________          

De Ali : " Il ne nous reste plus rien !"

  Nord est de la France, le 7 janvier 2007

           Cela me fait très plaisir de rencontrer des gens de ma communauté. Je suis fils de harkis du nord est de la France et je suis totalement d’accord avec vous. Nos parents disparaissent les un après les autres et la France nous enlève des droits petit à petit sans que l'on s’en aperçoive. Déjà qu'il n’y en avait pas beaucoup. A ce jour, il ne nous reste plus rien.¢
______________

De Belba : " C'est intolérable !"

  Est de la France, le 27 août 2006

           Je suis fils de harki et habite aussi dans l'est de la France et je trouve les propos de cette jeune fille très juste. En effet, nous sommes réellement oubliés. Et nous ne percevons que très peu d'aide lorsque nous sommes scolarisés voire même pas du tout et je trouve cela intolérable, alors que nous parents ont combattu aux côtés de la France.  

            La France ne souhaiterait-elle pas se débarrasser d'un fardeau qu'elle n'a pas su gérer ? Je pense que vous connaissez la réponse aussi bien que moi.¢

______________________________

De Samira : "Beaucoup d'aides sont supprimées !"

  Est de la France, le 22 août 2006

         Tout d'abord, je me présente : je suis fille de rapatrie harki dans l'Est de la France. Je trouve qu'on est des oubliés. La France ne nous reconnaît pas suffisamment en tant qu'enfants de harkis. Beaucoup d'aides que le gouvernement nous donne et retire à son gré sont supprimées. Battons nous pour faire reconnaître nos droits, tous ensemble, la communauté harkie de la France entière.¢

__________________________

De Arnaud : "Pardon au nom de tous les français de cœur"

  France, le 27 avril 2006

          Je suis un jeune français et je voudrais absolument vous communiquer toute ma sympathie, toute mon admiration. Mon grand-père venu de Pologne à l'age de 21 ans avait choisi d'opter pour la nationalité Française et se battre pour sa patrie par amour pour elle, en Algérie. Je suis moi-même fier d'être français, fier de l'Histoire de France même si pour moi la page la plus noire fut celle que nous vous avons infligé ! J'ai honte personnellement du drame que la France vous a fait subir, vous qui l'aimiez tant ! On ne naît pas français, on le devient. On n'est pas Français parce que nos ascendants l'étaient aussi mais parce que l'on aime la France ! Ainsi, pour moi, chaque harki, chaque descendant de harki est un citoyen d'honneur, français plus que tout autre. La France ne vous a pas toujours mérité, hélas!Mmais vous méritez amplement le statut de français à part entière.

Merci du fond du cœur et pardon au nom de tous les français de cœur.¢

__________________________

De Azzedine : "Des mesures pour l'emploi"

  Savoie, le 15 octobre 2005

         Fils de Harki, j'encourage tous les enfants de rapatriés à exiger du gouvernement qu'il agisse en faveur de nos parents certes mais aussi envers nous-même en activant deux dossiers qu'il serait urgent de boucler afin que nos pères puissent retrouver la terre de leurs aïeux avant leur départ pour l'au-delà et afin que nous, filles et fils de rapatriés, faisions l'objet de mesures d'emploi, de formation, de logement plus ciblées mais surtout plus concrètes! 

        Nous devons rappeler au gouvernement qu'il est temps d'arrêter d'endormir nos parents avec de l'argent et que ce dernier serait plus efficace dans les poches de leurs enfants; en effet, nos pères et mères sont à la retraite et leur désir de retourner en Algérie est plus fort que celui de se voir attribuer des sommes d'argent lesquelles, et je le redis, feraient du bien aux enfants qui se trouvent pour la plupart dans une double impasse: en plus de subir la morosité économique actuelle, ils voient leur statut d'enfants de rapatriés s'amoindrir de jour en jour; 

        Tous ensemble, demandons au gouvernement d'encourager l'État algérien à autoriser nos pères à revenir au pays, et de prendre des mesures sociales à l'égard des enfants pour que nous n'ayons pas à connaître la misère financière. Pour le devoir de mémoire et de justice pour les harkis et leurs enfants.¢

______________________

De Karine : " Les enfants, nous sommes les grands oubliés "

  Paris, le 24 mars 2005

         Je m'appelle Karine et je suis à Paris. J'ai quitté ma région dans l'Est de la France en espérant trouver un emploi sur Paris. J'ai sollicité les pouvoirs publics sans grand résultat. Il n'y a pas grand chose pour les enfants de harkis auprès des services préfectoraux. En plus, j'ai appris qu'une loi a été votée, il y a pas longtemps. Après avoir lu la loi, j'ai compris que les enfants de harkis sont les grands oubliés de cette loi. Il n'y a rien pour nous. Par contre, il y a quelques mesurettes financières pour nos parents. Pour les miens, c'est trop tard, ils ne sont plus de ce monde. Continuez ce beau travail d'information à travers ce site. En espérant qu'un jour, on nous entendra. ¢

_______________________

De Boudjema : "Une bouffée d'air fraîche"

  France, le 18 novembre 2004

        Bravo pour ce site clair et très intéressant. Nous sommes si seuls qu'il nous faut développer ce genre de chaîne de communication pour pouvoir défendre et porter haut nos revendications.

        Nous rencontrons tous les mêmes souffrances et pouvoir les exprimer est une "bouffée d'air fraîche". Soyons unis et faisons connaître ce site à nos proches, amis et sympathisants de la cause. Bravo à vous.

____________________  

De Kader : "Désinformation organisée"

  Saint-Antonin, le 31 mars 2004

         J'ai été très agréablement surpris par la qualité et la simplicité de votre revue. C'est une "bouffée d'air fraîche" face à la désinformation organisée par le pouvoir, à l'égard de ceux qui représentent pour lui "une gêne". Je suis cadre commercial sans emploi. Il va de soi que je m'abonne à votre revue et je vous fais parvenir par courrier le montant à cet effet. En vous remerciant pour l’œuvre utile que vous accomplissez.¢

________________________  

De Akim : "L'histoire de nos parents a été délibérément oubliée"

  Lyon, le 29 mars 2004

        Je souhaiterai dire à toute la communauté harkie, et à Malika de Paris, qui a résumé ma pensée, de s'informer sur l'histoire de nos parents et notamment sur la guerre d'Algérie en particulier, de communiquer avec les parents (qui par ailleurs sont entre-uns de s'éteindre peu à peu). Cela afin qu'ils nous transmettent leurs vécus pendant la guerre et le contexte qui les ont poussé à s'engager. Pour mieux connaître "leur" histoire qui est en fait "la nôtre". 

       Cette démarche doit être personnelle car à ce jour, l'histoire de nos parents a été délibérément oubliée (confère les 150000 morts harkies assassinés...). Comme me disait un ami il y a peu de temps "pour savoir qui tu es, tu as besoin de connaître d'ou tu viens pour aller ou tu veux".¢

________________________  

De Malika : "Un manque incroyable d'information"

  Paris, le 24 mars 2004

       Je suis fille de harkie et ne revendique rien dans l'identité car mon père est avant tout kabyle vivant en Algérie. Je suis donc avant tout algérienne et mon père a fait ce qu'il a pu dans la situation où il se trouvait à cette époque dans ce pays "colonisé" qui s'appelait La France et où d'ailleurs tous les algériens étaient "français - sic".

         Personne n'a le droit de juger les harkis car il existe des lois que même Dieu réclame, le droit de choisir sa vie et ses opinions.

         Je voudrais réagir à l'ensemble des commentaires ! Je pense que ce dont souffrent le plus les enfants, c'est le manque incroyable d'informations sur ce qui s'est passé, pas pour ceux qui s'informent, lisent, regardent la télévision. Mais l'ensemble de la communauté française avec tout ce qui la compose et la structure ne connaissait rien de la réalité dans laquelle les harkis avaient vécu et portaient avec la communauté algérienne, des "accusations" contre eux. Ce qui les "isolaient" d'une part, de la communauté maghrébine et de la communauté française.

        En effet, je n'entends que des paroles négatives sur les anciens harkis, mais ils n'ont rien fait d'autre que se battre pour une idée "peut être fausse pour certains" mais c'est un droit que personne et surtout pas une horde d'algériens du FLN qui se sont avérés plus "ignobles" que ceux qu'ils tuaient pour l'exemple, pour exorciser leur propre haine. Ils ont trouvé des "bouc émissaires" faciles. 

       Ce qui est le plus choquant pour moi, c'est qu'un gouvernement ait laissé massacrer tout un peuple sans qu'il n'y ait eu aucune information internationale qui aurait pu amoindrir ce massacre honteux. Que le gouvernement français s'y mette aussi, alors on voit que la guerre peut prétexter tout .... en France, des enfants ont été détruits par le zèle de certains revanchards ....

       Je vous demande donc à tous par respect pour nos parents, et pour nos mamans forcées par la situation de suivre, de rester sereins et de revendiquer un droit au respect de l'autre dans son intégrité, dans son intégralité (mon père avait du trouver un moyen de subsistance (et l'armée était toute indiquée) pour nourrir sa famille). Un droit à la dignité, à l'honneur.

       Revendiquons l'honneur pour nos parents mais dans le calme et la sérénité, pas dans la haine. Regardons le futur avec joie et bonheur que plus jamais une guerre n'ait lieu nulle part sur la terre.¢

_______________________

De Najette : "Opportunisme électoraliste"

  Calais, le 19 mars 2004

    J'ai découvert avec beaucoup d'intérêt votre site. Une fois de plus le gouvernement actuel bafoue la mémoire de ceux qui ont servi la France en leur offrant par une logique comptable budgétaires une indemnité en deçà des promesses de CHIRAC lors des élections présidentielles. L'opportunisme électoraliste dont fait preuve le gouvernement RAFFARIN démontre bien le peu d'intérêt qu'il a vis à vis des harkis et leurs familles. LA RECONNAISSANCE DES HARKIS DOIT PASSER PAR LA RECONNAISSANCE DE LA RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT FRANÇAIS ET ÊTRE INSCRIT COMME TEL DANS LA LOI.¢

_______________________     

De Redjouh : " Les réponses ne viennent pas "

  France, le 15 décembre 2003

     Nous resterons à tous jamais les oublier de l'histoire. Nos parents partent, mais les réponses ne viennent pas. Nous resterons toujours des projets ou des projets de lois à chaque nouveau gouvernement. J'ai le sentiment que personne ne nous écoute réellement. C'est un fils d'harkis désespéré par la frustration qui vous parle.¢

_______________________ 

De Temagoult: " Réparer les blessures psychologiques "

  France, le 12 décembre 2003

     On parle souvent des Harkis qui ont beaucoup souffert. Mon père en fait partie, mais je pense qu'on oubli aussi leurs enfants. Nous avons eu aussi notre dose de souffrance. Le calvaire de nos parents, qui pour beaucoup de famille s'est répercuté sur leurs enfants. Cela s'exprime par des différents traumatismes tel que l'échec scolaire ou le racisme où on a baigné toutes et tous. Je crois sur une perspective de retour en Algérie. Notre intégration s'est très mal passé et nous le subissons encore. 

     En effet pour beaucoup d'entre nous, nous nous justifions encore des services rendus par nos parents au drapeau tricolore afin que la société nous reconnaisse peut être comme des enfants de héros et des enfants de l'oubli.
Je sais que le combat est dur, mais je suis d'avis que ce sont les familles de Harkis qui ont subis. Hommes, femmes et enfants....
¢

__________________________ 

De Malika : " Réparer les blessures psychologiques "

  Lille, le 3 décembre 2003

     Je tiens tout d'abord à vous remercier pour l'énergie que vous devez déployer pour faire reconnaître un fait réel et non imaginé : le drame  des harkis. Je suis moi même fille de harkis et je suis profondément marquée par l'histoire de mes parents !

     Je dirais même, traumatisée !

     Peut t-on réellement réussir sa vie après avoir été témoin de  la folie d'un père qui ne s'est jamais remis des événements de la guerre d'Algérie ? Honte et blessures sont enracinées au plus profond de ma mémoire, alors que je n'ai pas vécue la guerre ?

     La France a une dette envers les harkis !

     Reconnaître objectivement avoir assassiné des êtres humains en les abandonnant sur le sol algérien en 1962, entre les mains du FLN !

     Réparer les blessures psychologiques des harkis (parents, enfants et petits enfants...) pour qu'ils puissent enfin vivre dignement et surtout librement ! Tant que la France ne reconnaîtra pas avoir commis un crime contre l'humanité, nous ne pourront penser nos plaies !  

     J'aimerais que nous nous intéressions de plus prés aux différentes mesures d'aides accordées aux harkis. Je suis en maîtrise d'arts plastiques et pour poursuivre mes études, je dois d'abord régler les différents frais d'inscriptions et d'achats scolaires pour ensuite me faire rembourser par la préfecture ! C'est vraiment nous prendre pour des cons ! Il faut absolument revoir ce système d'aides archaïques qui n'a pas évolué depuis des années ! Je ne parle pas qu'en mon nom, je ne suis qu'un exemple parmi des milliers... Je souhaiterais participer activement au débat pour la cause des harkis !

     Le droit "aux réparations psychologiques" ! Le droit à la justice , le droit à l'information , le droit à la formation , le droit aux études , le droit à la dignité , le droit à la vie ! J'habite près de Lille dans le Nord de la France. Pourquoi ne pas organiser des forums publics dans les différentes régions de France pour que parole nous soit donnée! Ainsi, la communauté des harkis pourrait se rassembler et se faire entendre! L'union fait la force ! Il est temps pour nous d'être acteur de notre destinée ! Transformons notre révolte en un combat positif. 

     Je soutiens vos initiatives et vous remercie humblement !¢

_______________________ 

De David :"J'ai honte d'être français"

  Compiègne, le 2 novembre 2003

           Je vous contacte pour vous faire part de mon coup de gueule : je suis français, j'aime mon pays car il est beau, riche en diversité de paysages et de coutumes, mais j'ai honte, oui, j'ai honte de dire que je suis français.

          En côtoyant des kabyles à l'université, je me suis rendu compte de ce que je ne m'étais jamais occupé : l'honneur. Votre peuple d'Algérie a un honneur que nous ne retrouveront jamais ici, je dirais même que nous sommes un pays de planqués et de trouillards, de profiteurs et que nos politiques en sont l'image la plus concrète. 

         Vous, les harkis avez risqué votre vie pour que je puisse vivre en liberté et dans l'honneur. Vos vies ont été sacrifiées pour mon confort. J'ai récemment vu des vidéos du sort réservés aux harkis après l'indépendance, c'est à vomir !!!!!! des gens abandonnés lâchement et massacrés par des algériens indépendantistes, un spectacle rempli de honte pour moi et de tristesse, une tragédie. C'est loin, on ne peut plus rien faire pour faire revenir ces vies, pour leur rendre leur honneur bafoué, effacer ces souffrances et ces humiliations pour nos deux peuples.

          Mais je pousse mon coup de gueule car j'ai honte de vivre dans un pays qui a lâchement abandonné ses combattants, les envoyant ainsi à une mort affreuse. J'ai honte de mes politiques, j'ai honte de notre façon de penser en France, j'ai honte de tout ce que votre peuple a subit pour moi, j'ai terriblement honte. 

          A vous tous les harkis, merci de nous donner une leçon de loyauté et de courage, et merci de votre sacrifice malheureusement inutile. Merci de m'avoir appris ce qu'est l'honneur. Et tant que votre génocide ne sera pas reconnu, je ne serai jamais fier d'être français.¢

________________________________ 

 

De Mohamed Chair :"A quoi sert l'hommage du 25 septembre !!!"

  Angers, le 26 septembre 2003

           Étant moi-même fils de harki, je me permets de prendre contact avec vous afin de vous faire part de mes préoccupations quant au laxisme du gouvernement face à la situation des harkis et de leurs familles. En effet, aucune perspective future ne se dégage à l'horizon. Hier à l'occasion de la journée d'hommage aux Harkis, je me suis rendu avec mon père à une cérémonie mais à quoi bon sert-elle???

          Quand on voit que le plan en faveur des harkis a été reconduit mais que la moitié des mesures ont disparu (aide au logement, aide à la création d'entreprise et aide à l'embauche versée à l'employeur) on a de quoi être inquiet!!! Quant à moi je suis actuellement étudiant en bac+5 que je termine très prochainement et je vous avoue que j'ai peur d'intégrer la marché du travail car rien que pour trouver un stage de fin d'études j'ai dû batailler ferme.

          Je tiens aussi à vous dire que j'apprécie beaucoup ce que vous faites. Bien cordialement.¢

_____________________________

 

De Nora Bourai :"Boycotte de la journée d'hommage à Créteil ?"

  Créteil, le 26 septembre 2003

            Je voulais d'abord à vous féliciter pour votre site qui est très bien élaboré. Je vais commencer par me présenter: Nora B. 33 ans et fille de harkis. Je me suis rendu au cimetière de Créteil (94) pour rendre hommage aux harkis tombés pour la France hier à 18 heures faisant suite à l'invitation reçue du Préfet de Créteil. A mon grand étonnement, nous étions si peu nombreux que je voulais vous faire part de mon incompréhension à ce sujet. ¢

___________________________   

 

De Dalichou :"Des mesures humiliantes proposées par le gouvernement"

  Nancy, le 25 août 2003

           Je découvre votre site, je viens de l'Est où rien n'est nouveau!! Dans les années 85/86, des bourses pour étudiants ont été octroyées, quand je l'ai su, j'entamais mon second cycle, et bien sur, les bourses n'étaient octroyées que pour le 1er cycle, etc.. Je suis arrivée en 3ème cycle, et les bourses étaient octroyées pour le 1er et 2nd, pas le 3ème.
Les dossiers étaient simples au départ puis avec les années, Ils ont commencé à exiger une liste impressionnantes de papiers!!!

           Le plus écœurant, c'est passé à la préfecture des Vosges, où pour étudier un dossier, le responsable refusait que les parents soient accompagnés d'un enfant (qui traduit, on le sait tous!!!). A Nancy, quand le responsable revoyait le même étudiant sur 4 ans, il a osé lui dire: "vous n'en avez pas marre de redoubler"!! Il était persuader de son échec, alors que la personne entrait en maîtrise!!!

           J'ai rencontré le grand responsable des rapatriés en 97 (grâce au Préfet), qui a refusé de me parler. Car cet honorable représentant de notre communauté avait oser dire une énormité: "Nous avons toujours été français??? depuis 1830 ???" Grande nouveauté historique!!! Je lui ai demandé ce qu'était pour lui le code de l'indigénat??? Le Préfet avait cru bien faire, en, me permettant de le rencontrer, et ce super Préfet était content de présenter une fille de harki diplômée!!! Avec ma sœur, nous étions les seules à comprendre et à nous exprimer correctement en français!!! et bien sûr, les seuls à intervenir!!!

           Si on continue à mettre à ces postes des gens qui nous méprisent, les choses n'avanceront pas!!! Les dernières mesures sont inacceptables Ils comptent indemniser une partie des enfants, pas tous, au nom de quoi!!! Ils ont cumulés des intérêts monstrueux sur l'argent qui aurait dû être versé aux harkis y 'a au moins 20 ans!!!

          Je crois qu'au bout du compte, ils vont finir par nous distribuer une partie des intérêts!!Que dis-je! Distribuer! Nous JETER ces miettes!!! ¢

___________________________    

 

De Rachid :"Organiser des pétitions contre le projet du gouvernement !"

  France, le 5 août 2003

            Je suis Rachid et je suis enfant d'harki et fier de l'être. D'après des rumeurs, l'État voudrait aider les enfants nés jusqu'au 31 décembre 1966. Moi, je suis né en 1967 et cela veut dire que j'aurai droit a rien! Car pour eux, les enfants de rapatriés s'arrêtent en 1966, et ceux qui viennent après on est rien et surtout pas RECONNUS.

            Moi-même, j'ai étais militaire de carrière pendant 15 ans dans les régiments coloniaux. J'ai du me battre pour faire ma place et faire carrière. Bref, je voudrais savoir ce qu'ils ont l'intention de faire pour ceux qui sont nés à partir de 1967. Pourquoi ne remettent t-ils pas l'aide pour la construction ou l'achat d'un bien immobilier ?

           De toute façon, tout est déjà décidé et ils attendent de pouvoir sortir leurs mesures au bon moment. Alors, moi je pense qu'il faudrait organiser des pétitions contre leur projet.¢

_____________________________   


De Meddour :"Moi, fils d'un ancien combattant !"

  Avignon, le 3 juillet 2003

           Moi, fils d'un ancien combattant engagé dans l'armée française en qualité de harki et disparu début 1962, j'appelle tous les harkis et par leurs associations à me venir en aide afin de régulariser mon séjour. 

             A Avignon, là où je suis hébergé par une famille française ..et là où je compte m'y installer pour un moment afin de continuer ma recherche concernant la disparition de mon père ainsi que réclamer les droits de ma mère encore vivante en tant que veuve de victime de guerre. Dans l'attente, recevez de ma part mes hommages.¢

_______________________________ 

De Marc :"J'ai tellement honte !!!"

  Paris, le 30 avril  2003

            Bien que toujours scandalisé par le comportement abject du gouvernement français face aux Harkis et à leurs familles, entres autres, j'avoue qu'avec le téléfilm sur FRANCE 2, je me suis senti vraiment très très mal. J'ignorais que les harkis et leurs familles avaient été sacrifiés et jetés en pâture sans aucuns états d'âmes par les gouvernants de la France d'alors.

            Même si je ne me suis jamais fait aucune d'illusions sur l'infamie militaire et politique, je n'arrive pas à comprendre comment un pays peut sombrer ainsi dans le déshonneur le plus total et adopter des comportements aussi vils, lâches et pervers.

            Je pense sincèrement que la France doit être poursuivie pour génocide et crime contre l'humanité devant la Cour Européenne des droits de l'homme. J'ai tellement honte !!! Je soutiens votre action de tout cœur.¢

____________________________   

De Villon :"Interpeller Mékachéra"

  France, le 11 avril  2003

            Je viens de visiter votre site pour la première fois ,il est vraiment super. De plus, il parle du problème que rencontre mon père (harkis) pour faire valoir ses droits. En effet, il a obtenu la nationalité française en 1984 et on lui refuse tout droit à aide ou indemnisation parce que c'était trop tard. 

             Je trouve cela injuste puisque mon père n'est pas reconnu pour les sacrifices qu'il a fait pour la France. J'ai lu dans votre site qu'une plainte avais été déposée devant le conseil d'État. Le secrétaire d'état aux anciens combattants monsieur MEKACHERA sera dans ma ville prochainement, je souhaiterais l'interpeller concernant ce problème.¢

_________________________

De Abdellah :"Beaucoup de déceptions des autorités"

  France, le 4 avril  2003

         Je suis moi même enfant d'Harki, né en 62. Mon père fut ramassé à la fin de la guerre par les fellagas. Il a passé 5 et demi en prison. Profitant d'une "permission", mon père nous a amené à l'ambassade de France. Nous avons été rapatrié à " ST Maurice l'Ardoise " puis au camp du Muy (FREJUS). Vers 1970, mon père pensait gagner plus d'argent en se faisant embaucher dans une usine Ardennaise. Nous habitons depuis dans les Ardennes.

          La seule chose qu'on a gagné en plus dans ce département, c'est le froid et beaucoup de déception des autorités ! Je leur reproche leur lâcheté et leur hypocrisie. D'ailleurs je les méprise. Ils ont toujours trompé nos parents et ils continuent avec nous. Je m'intéresse à tout ce qui a trait à l'histoire d'autres Harkis. J'essaie d'observer l'évolution de nos jeunes, ce qu'il pensent, leurs études. Évidemment, vos actions m'amplient de fierté et je souhaite que vos actions aboutissent. D'ailleurs M. TAMAZOUNT semble avoir un bon niveau intellectuel.¢

___________________________

 

De Marie-Zohra :"A propos de l'administration des rapatriés"

Bordeaux, le 14 mars  2003

          Fille de Harki, je suis très étonnée que sur les organigrammes des administrations qui sont sur le net, on ne puisse pas trouver les coordonnées des services chargés des harkis ou rapatriés. C'est le cas pour la préfecture de la Gironde. J'ai du appeler la préfecture pour avoir les coordonnées du service des rapatriés. Puis, j'appelle et je demande s'il était possible de transmettre par courrier les aides ou actions éventuelles en faveur de notre communauté et j'obtiens une réponse négative..., je ne dois pas savoir lire ou je risque de ne pas comprendre !!

          Toute administration a un document d'information réservé aux publics pour leurs démarches. Ce n'est pas le cas en Gironde.¢

________________________ 

 

De Mohamed H :"Heureux de ce site"

  Nanterre, le 8 mars  2003

              Je suis heureux d’avoir enfin un site sur lequel on peut s’exprimer et échanger les idées. Je suis fils de harki français. Mon cœur est avec les harkis et fils de harkis qui résident en Algérie. Je sais combien ils souffrent. Je leur dis tout simplement que nos parents ont fait un choix et le bon. L’avenir nous le dira.¢

____________________________ 

 

De Ranima Benyamina :"La mémoire harkie s'échappe peu à peu"

  Rosans, le 9 janvier  2003

               C'est avec plaisir que j'ai pu visiter votre site et avec beaucoup d'émotions. Je travaille pour la mairie de Rosans au niveau culturel. Depuis plusieurs années, la communauté harkie du village a essayée de se faire connaître et de se connaître par le biais de différentes expos dont l'une louée à l'Institut du Monde Arabe. 

               Actuellement et depuis 1999 la commune a ouvert un écomusée dont la vocation première est de sauvegarder la mémoire harkie. Malheureusement cette dernière s'échappe peu à peu (beaucoup de décès (masculin) ces dernières années). "Que Dieu les gardes" ! Et je rencontre de plus en plus de difficultés dans l'étude de certaines interviews. C'est à cette fin que je vous sollicite l'autorisation d'utiliser vos fonds. Sachant que cet écomusée n'a aucune vocation lucrative et avant et surtout d'être mangé par ce futur mémorial sur les harkis. Dans l'attente de cette autorisation, recevez mes plus cordiales salutations.¢

______________________________

 

De Abed : "Merci de donner la parole aux enfants de harkis"

  Toulouse, le 6 janvier  2003

             Je suis fils de" harkis" ou plutôt ancien combattant de l'armé française .J'habite la région toulousaine où notre communauté est très nombreuse. Comment sommes nous arrivés en midi-pennées? 

             Contre la volonté de la France, certains harkis ont quitté les camps, se sont unis et ils ont entrepris des actions d'entraide tout en travaillant dans des exploitations agricoles .Malgré le préjudice énorme du retard scolaire, les fils de harkis ont pu dignement tenir leur place dans la société. Aujourd'hui les petits fils et petites filles ont d'excellents résultats scolaires et des diplômes en tous genres. 

             Mais a l'heure de l'Europe, il n'y a plus la préférence nationale, il y a maintenant la préférence européenne. Ainsi nous seront toujours la troisième roue de la charrette! Arrêtons de pleurnicher et essayons de nous prendre en charge. Certes il faut que justice soit rendu et que tout préjudice doit être réparé. Le retard scolaire et la misère que nous avons subi n'ont pas facilité les choses. Néanmoins en renouant le dialogue entre nous, nous pouvons certainement améliorer nos conditions et peser dans la balance.

             Merci pour votre patience et à bientôt.¢

 

Parlement

Justice

Actualité

Revue

Contact

Forum

Ce site est dédié à la mémoire des 150 000 harkis massacrés en 1962 après la fin de la Guerre d'Algérie