Actualité 2014

L'actualité harkie, c'est sur harkisetverite.info

Faire un don

Cliquez

_______

Actualité 2014

Actualité 2013

Actualité 2012

Actualité 2011

Actualité 2010

Actualité 2009

Actualité 2008

Actualité 2007

Actualité 2006

Actualité 2005

Actualité 2004

Actualité 2003

Actualité 2002

Actualité 2001

 

 

...

Une conférence de Harkis et Vérité dans le Périgord

Harkis et Vérité, le 6 septembre 2014
Samedi 30 août 2014, le président du Comité Harkis et Vérité Charles TAMAZOUNT était en http://files.harkisetpouvoirspublics.webnode.fr/200000266-876138958f/Charles_30%20aout_2014.jpgdéplacement dans le Périgord. Invité par l'Association Harkis Dordogne Veuves et Orphelins présidée par Hamid KEMACHE, Charles TAMAZOUNT a animé une conférence ayant pour thème "La Justice face au drame des harkis".

Dans le cadre de cette conférence, le président du Comité Harkis et Vérité a mis en lumière le rôle que  joue la Justice française dans le drame des harkis depuis maintenant prés d'une dizaine d'années. Il a notamment souligné que toutes les grandes avancées obtenues ces dernières années en faveur des familles de harkis l'ont été auprés de la Justice ; la dernière en date étant la reconnaissance officielle par la Justice française le 10 juillet dernier de la responsabilité de l'Etat français dans l'abandon, les massacres de harkis et dans les conditions d'accueil des familles rescapées dans des camps en France.

Pour Charles TAMAZOUNT, "la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans toutes les facettes du drame des harkis est aujourd'hui acquise. Reste maintenant la question de la réparation. Elle ne tombera pas du ciel. Il va falloir aller la chercher. La décision de justice du 10 juillet 2014 rend aujourd'hui cette revendication de réparation légitime. Toute la difficulté désormais est de savoir comment les harkis et leurs enfants vont s'investir dans cette démarche de réparation. Seuls, celles et ceux qui s'interesseront dans un proche avenir aux démarches de réparation pourront avoir l'espoir d'obtenir un jour gain de cause. Rien ne sera automatique. Il n'y a qu'à voir l'affaire de l'allocation de reconnaissance. Le Comité Harkis et Vérité a obtenu du Conseil d'Etat en 2007, et du Conseil constitutionnel en 2011, le droit pour toutes les familles de harkis de se voir verser l'allocation de reconnaissance sans condition. Pourtant, malgré les décisions de justice rendues par les plus hautes juridictions française, des centaines de familles de harkis se sont vues opposées des refus de droits par les pouvoirs publics. Seules les familles de harkis qui ont par la suite attaqué ces décisions de refus devant la Justice ont finalement obtenu gain de cause. J'en sais quelque chose pour avoir plaidé un certain nombre de ces dossiers devant les tribunaux. Pour éviter que l'histoire ne se repète, il y a urgence à réfléchir et à associer le plus grand nombre à la définition des modalités qui permettront demain de parvenir à une loi de réparation. Sans la mobilisation de tous, la phase de réparation qui sera obtenue demain laissera inévitablement beaucoup de harkis et d'enfants de harkis sur le bord du chemin de l'injustice. Il y a une Table ronde convoquée sur le sujet le 13 septembre prochain à Paris. D'importantes informations seront alors données sur ce sujet de la réparation".

Après avoir échangé avec les personnes ayant écouté la conférence, le Président du Comité Harkis et Vérité a tenu saluer tout le travail effectué par l'Association Harkis Dordogne Veuves et Orphelins au cours de ces dernières années. A la demande du président KEMACHE, Charles TAMAZOUNT a promis de revenir dans le périgord.

______________________________


La Justice reconnaît la responsabilité pleine et entière de l'Etat français dans le drame des harkis

Harkis et Vérité, le 13 juillet 2014 

Durant 52 ans, aucune autorité officielle française n'a eu le courage de reconnaître publiquement La justicease64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBw8PDw8PDxIPDw8PDw0NEA8NDw8NDw8PFBEWFhQRFBQYHDQgGBolHBQUITEiJSktMC4uFx8zODMsNygtLisBCgoKDg0OFxAQFywcHBwsLCwsLCwsLCwsLCwsLCwsLC8sLCwsLCwsLCwsLCwsLCwsLCwsLCwsLCwsLCwsLCwsLP/AABEIAKMA7gMBEQACEQEDEQH/xAAcAAEAAgIDAQAAAAAAAAAAAAADAgQGBwABBQj/xAA/EAACAgEBBQUFBAgEBwAAAAABAgADEQQFEhMhMQYHQVFhInGBkaEIIzKxFFJTYoKSosEVM0JyFyQ1ssLi8P/EABoBAAMBAQEBAAAAAAAAAAAAAAABAgMEBQb/xAAyEQEBAAIBAwIDBwMDBQAAAAAAAQIRAwQhMRJBUWFxBRMiMoGh8LHR8TPB4RQ0QmKR/9oADAMBAAIRAxEAPwDE1SeBt6RAkWwmEiCYrgbtgAMsQB5sQB8zCS3tAQJEExXFsaSCQ2bvhxbCXDhsOcOGw74cNhzhxbDrhx7J1w4bN0a49kia4bGkCkNjSJSPYGa4Ega4wMpDYQKR7JApHsIFI9hBkj2BlZWyQZYwgVj2SBWVsq99UnK0IEi2ZAkWwmEi2bDe2GsuDmhggr9mxcfiI6ZP1nrdFhh6fXPLj58st+n2V9h9pLKSldntUjC9PaRfTzx5S+fpMeTdnbJPHzXHtfDP6GV1DIQynoVOQZ42WNxuspp3S77workhLhwN3w4bJ3w4GqarX0VDNltaj/cCT8BNceHkyupjU3LGeapU9pNExwLVHPHthlH1E1vR80/8UTmwvu9WvdcBlIZT0KkMD8ROayy6s7tJq+EjXEekTXAImuBIGuARNcYQNcewNkjlIZSPY0NkgSBSMDZIwMpAhskrYGyRyhArK2SBWPYZEqTm20IqRWgi1xGmK4g8ntRsc6igitQbVIZOikjxXPxM6uk55x5/iupWXNx+rHt5a/0+zbrLWpRC1q7+8gxkbvX0ns5cmGOPqt7OGY23Wu7lGou0zncL02Dkw5qfcyn+8eWOHJj37wS3G/Bkmzu3LrgaisOPFqjuMPgeR+k4eT7Pxv5Lr6ujHqbPMZVs7b+kvwEtUMf9Fn3bfXrODk6Xlw8zf0b48uGXu9jhTmavK7VKw0WoKtuEVk5HUjoV9M9J0dLr73Hc2z5dzC6aizPodvNczEHudktrvptQi5JqtZUsXw5nAYeonP1XDOXC/GeGvFyXHJtY1T5/b0UDXAImuAQNceyQNcNgbVx7CDJGQ2SGwJkj2Q2SPYGyRkNkjAmSGwNllbA2WOUIMsqUmSqk5dtCKkNmVUi2ExXA9EFcRaeNo9NUu0LWWoKWr3OJnrauGfl4ey6TrzyyvBjLl7+Pl7f0rKYycvj/ACv7X2DRq1xavtAYWxeTr7j4+4zHh6jPiu8b+nsrPjxzndrzb/ZDUaTLr99SMniIDlR+8vh7+k9jg63Dl7Xtl/PDi5ODLDv5jHJ1sWQdn+1eo0hCk8akYHDc8wP3G8PynLz9Lhyz4X4tuPmyw+cZVtztJo9XoL1SzcsKAiqwbrkgg7o8D8JxcPScvFzY2zcb582GeFa1M9dxOoAulBLoB1LoBjzyMRXxTnlvgVnAz1wM++fLW93rOjXHsImuAGa4BBq4yG1cNgTVx7IbJADZIyEyRgbJDYEySpS0Jkj2BMkYGyx7IZWOUaZOiTnaFVIGVa5JlFcAkVwCT0AJPuEU73QYj2c166nauoaty1PDLpnIGSEVjg9Pwj5T0+o47x9NjMp3/wAuTDL1cvbxpm4rnlusgqgGL9oewdGqJsqI09p67q5qf3qOh9R9Z29P1+fH2y/FHPydPjl3nasD2t2L1+nyTUbUHPfo+85eZXqPlPU4+t4uT31fm5MuDPH2Y7idTJ1AOQDsGAbZ7s9e1+letyzNRZugtz+7ZQVGfQ730nifaXHMeSZT3n7u/ps7cdX2Zcap523Sga4wga4AbVx7A2rhsCauOUhNXHshNXACZIy0Jkj2BMkeyEyR7AmSOUhMsYEVlBlSVzm21MtcQKtcQKtcNmHaFZKcMEq1pFIZThlDZDMPUDJ+E04vzeq+3dOV7dvdgmj2X/h1+nupsccTUjTWJYosH6OzD7zeHTy6dfGetnyff4ZYZTxNz6/BwzH7uyy++v0bPFc8PbvTFcNhIVxbCQqi2Hgdo+xel1wLMOFdjldUBnP7y9G/+5zr6frOTh7TvPh/PDLk4cc/q1nt/sDrtJllX9IqHPiUAkgeqdR9Z6/D1/Fydr+G/P8Au4s+DLH5sUKztYuoBsTuh2gBbfpTnNircp8MpyYfIieX9p8e8Zn8HV0uWrY2ga54u3aga49mga4wNq4ALVwAmrjAmrgBMkeyCyRgLJGQmSMtBZIwJljAmWVKQisZMtVJzbbGSuAMtcQMqREFE37wP2KBj/vs5Ae8Kp/ml38PH9f9v+f6J85a+Dw6tPxGrBHsXNZpc+qb75+Of6fl25ZemXXmd/6fz9XPrd+VumU7Py1aFvxY3W/3LyP1E4OSSZXXh0YXcWhXM1JiqASFUA74cQeL2s29Vs7Ttc+DYcrTXnBssxyHuHj6Tp6bp8ufP0+3vWfLyTCbfPF1pdmZvxMzMT5knJ/OfUTtNPLHAMx7qtW1e066wAReltbZ6jCFwQfen1nD9o4TLgtvs36e6zjd5qnzu3ooGuAG1cewJqo9gTVx7Amrj2AvXAwvXGAukCC6R7LQHSUBMsCC6R7ILJKAWWMmYok52x0SFIyVybQZK4gr6EBa3uPRy9/8OAFH8qrNc++cwnt2/uzxs1cvj3ea4avT6WzGCl732AcvZ9s2Hpz5M06MZMuTPH4zU/bX7sblZjL83vaUbt1tXmEvU+BDZVsfFf6py5d8Jl+jbG/is/VeFcyaaTFcDSFcAqbY2hTo6X1F7BK0GST1J8FUeJPlNOLjy5cpjjO6M85hN1889sO0dm0tS17AqgG5TXnIrrB/M9TPpum6ecOHpn6vL5M7nd14M3Q5AMm7tv8Aq2i8PvH+P3bcvj0nL1v/AG+f0acP54+hjXPmHq6G1cBoZrgQ2rhsBauMBeuMBdJUoA6RmB0gAukYAyw2QHWUQXWMgssoCZYyZmiTntaHSuTaDpXFsB2mp4W4vJritAI6gOcMw9y7xmnD+bd9u/8AP1Z8l7a+PY2sqBFdQ5B3UED9mntEfQD4xcdvfL4T96M54xnv/sLTViwVKwyGOsDDzGSp8PWa5X0+qz/1/n7M8e8k+rukFRpbG5tWzaSw+e97OT/EqH4x5Tdzx+Pefz/6JdTG/Ds90VzldJBXEW0hXAttD98faJdTq101T71OlBDY/C2oJO8fXAwPnPovs3g+74/Vl5y/o87qOT1ZdvEa8noMHIByAZj3Uaa59q6c1dK997jjIFO6Qw+OcCcfX5Yzgy9Xv4+rThluc0+hSk+ZettBq4AbVxgTJEWgtXABdI9kB64wB0j2AOkrZgdIwB0jCu6QILrKgA6xkFljJm6JOba1hEiB0SBvH7U6faG7Xbs/gtZULc1XKSX3gACpzjIw3X9adPTZcPfHl3q67z5MeaZ9rh7NWanvD2vXc3EFSW1Bq2R9OoKZIJyD48hPax6Hp7j2na/Nxffcm9j0XeXtCoo2NO+5xcb1RA+8YFuh9JWfQ8OUvnvr3+CZy5zVZz2T7aV62nUrrLdFpXuJNS8ZlZXCgAlWGB7Shs73j0nF1HR3jywvHLdf3aYcvqlmXu2Ps28XVV2jB30VsqQQTjngjwzmeVyYejO4/B14Z7xlWwkg9vL7V3WU7P1ttWeLXpdQ6EDJDBDgj3dfhNunxmXLjL42y5Mr6bp8puc8/Hxz5z6t56MA5AOxAPoHuW2IKNmjUFcW6ux7MkYPCX2UX3ci38U+f+0+X1cvp9o7OnmptnxSedp1bQKRHKNkiVsT1xmF64AD1wLQXSMK7pCUAsrjJXdJW1AdI4Fd0jLSu6xgDpK2QWWMmc1pOVayiQB0SBmRICvH7SdjtFtFR+kV+2BhbqjuWr8fEehzOjp+q5OG/hvb4Ofk4sc/LDLe5Okn2NZaF8npRz8ww/KehPtbL3wc16b5vU2L3O6Clw99lurIwRW4WqrPmVXm3zxMuT7U5cprGaE4JPNbD0mkrqRa6kWutBhURQqqPIATzssrld27bTU7RYCxDbqysFSCAwIIIPMEEYIPpHOyb4fIG0ail1qFdwpbYpTpuEMRu/CfXy7kcNVow5AL2xNnPq9TRpqxl77UqGPDePNvcBk/CTnnMMblfY5NvrPQaJKKa6axhKkStfD2VGBPk88/Vlcr7u3HtNGKyF7QZIK2gyRKlGyQXKFkgrYXSBgdIErukCV7EjCvYkcCu6SthXdI5TV3WMK7rGQWWVstM8rScy1hEgZ0WBbMqwRaVUjZ2kCwTamFgnaYWGk7TCSvSm15nabbVOz9LZqrzhEGABzZnPJVA8Tmb8PBeTOYxNy0+SdXe1jvY5y9jNYx82Ykk/WfTyaknwcoYw5AM17nFJ23o8DIHHJ9BwX5/PE5et/0M1YeX00UnzdxdW0SsnRyoFYlSoFYlbGyQXKJlguUTJEuUFiQNXdIyV7EgSvYkArOsoK7rGau6ygrusYAyxwmeos5lrCLGVplWNnaZFhEWkCwRaRVhEWtc/8AFILtj/DX0+5TxxpOMWbi8UkKrbuMbpJA9xzmerPs+Xh9cvfW/kwvJq6bNVZwzFe0ws0mCdtS/aG0NzaXS3K+KKrHWyonG9Y4G44HjjDD4z1Ps/WNs92efhoUz02bqAcgGb9zLkbc0YBwG46t6jgucfMCc/VTfFlFY+X09uzwbg22iVmdxOVArM7iqUbLM7FyjYQVsbLBcomWJcoXWDSUFiwUr2LAlaxIyVrEhKFaxZQVrEjAHWVs1d1jJnyLOdVOixs7TosbO0oEEVNVhEWlCzXHFFr5+7fk6XtRVbnH/MaC/Jx+HeUH6Az3+l79Nr6sM73j6JCzzMONW0gs6ceIttI/aF29RYNNoa3V7arWvuVTvcI7m6qt6neJx7p39Px+nunK9mlJ0odQDkAz7uS2lTRtilbVU8dX09bt1rsYezj343fjMuXH1Y6OPp0rPOy4l7QInPnxKlQZZz5YKlGyzG4qlGyzKxco2ES5RMsFyhZYlyhdYmsqvYsDV7EjLStYsCVbFjCtYsqBXdYzV3WVKGfViYJtOixs7TKI0WkUQRaVRNMYztIqzfHFFrQv2g9Nw9o6S8D/ADNMBnzauw/2YT2eh/07Gefs33obxZTXb4PXXZ6e0oP95E4+5baq71O9RdOG0WzbFe9gVt1KEOtA6FUI5F/XwnVx8XvS20O1Vrq15Wxk3917iGZeI2Tgv+seZ85ukBgHUA5ALOzNWaL6bl/FTbVcvvRww/KAfaOmu4laWYwHRHx5bwBx9ZzZYGmRMMsFSoFZy8nGqUbLOTLFUomEwyxXKJxMbGko2EFQTiJpKFhE0lA4iq4rOIGr2LGSrYsolaxYwrWCMK7iM2eKJlGdOgjZ0oEEFQS5GdpPCb4RFat2L3z1HUX16+htHUm9wmw72ZU4Ndi4/EfTpPW/6KSS43bK5d2A97XbjT7Ys036PXYi6YXg2WgAvvlMYAPIez4+c7ODi+7ibluaeNtvt9tHV016ZrTVp6qkpFVGa1dVXGXOcsTj3TWYyUtrvdP2Wp2ptBa9Qy8CpTc9fECPdjoijqRnrjw98dpNkd/uio0+ytHRQtdKLqwUqrUKCBU4JAHlkc5ON7qnitBGWl1AOQDuAfZHY+xn2domb8TaWgnPnuCZU3rESLiESJhliqIMJycmCoJhOLLFcEwnPlFwLCZtINhBcC4irSAcRVpFewRKV3EYVbBKJVtEcJXsEo1ZxARnaCZxlTrGzpUgimUTbGM6VROjCM6O3Z9NmeJVU+eu/WjZ+YnfxSxFab7+uzGj0um0+p01FVDvqDXY1ShN5TWxGQOXUTv4sr7lrtWC9je7nV7X0t2o01lCmq4UcO5mUsd0MWyByGGHv5za3SG3uwfdJRs+7T622y1tVUmTUGQ1JcylWIYAFhgnHSTcjeV9o/U1DTaGoj75rrbEIxyrVMOD48yy/KGPk54rQZlpdQDkA9bspsSzaGt0+krBzdYqsfBK85dz6BcwD7G0tC1VpWnJa1VFH7qjA/KZUymIIYkZQIsJzZ4qgmE4OTFpBtOXKLgXEwq4JolisEGkV3ElrAWCJas4gFawRwKtglErOIzV3EomdVzOMaZY2dKkcRTLNsWdKs6uOIpVnoYRnWv+/bS8TY1reNV1FnuG9un6Ezq4+1PHvufJjf2a9TmnaFP6tunt/mVlP/aJtkzbi12sroqsutYJVUjWOzdFRRkmQfl8ld4Padtqa+3VcxX/AJVCn/TSvTl5nJPxmmM1Bb8GNRk5AOQDd/2cNjoTrNcwy6FNLWT4ZG++P6ZOVNvKZhyARaFDoznzhwTCcPLGkE04slwTznyXAmS0gnES4BxE1gHiaRXsEDVbIyVrI4FWwSgruIyZxXIjHIyxs6ZI4ilWb4s6VZ1caKZZ34M6xjvP03F2NtBQMkaZ7B709r+06sRj501R9nDUbut1lf7TTI38r/8AtNskPY+0D2tVa02XUcu+7dqSCfYQfgr5eJPM+gHnJxnc/EaJzNCdQDkA5APo77OiY2Tef1tfd9KaRMr5VfEbTiJyAdNChEzDI4Npxcq4F5w5LgnnPk0gWkNIN4quAaJpAPE0ivZBSrZAla2OBWslBWeMM3rkMKZZTOkQwiKdZtjWdKpnThUUqmehx1FVNt6bjaXU0/tdPfX/ADVkf3nVjRh2ym3zJ3Tber2dr31FxArXSarIJA3mCgqg9SRj4zpy8InnuxbbG0rdXfbqbjvW3O1jnwyfAeg6D3Qk0LdqUZOQDkA5APob7N9udn6xP1dZv/zUoP8AxkZG23IDkAi0VodEznzpwTTh5cmkExnHkuCYznyXAtJaQTRLgGiaQLyWkVrIKVrIwrWQJWeWFZxGGapIY5HWVGdIsEUyzXFnSrOjFFKs7uNFTPQzrw8p93xVr1AutA5AWWADyAYzrw/LByfny+tV5SHIByAcgHIBvj7NbHhbQHhxNOceu60jIN0yDcgEJGQiLTmzXBtODkVBNOXNcE8wrSBaJcE8S4BpLWBeKtIr2QNWsjCrZAlayUFd4w//2Q==les fautes commises par l'Etat français dans l'abandon, les massacres de harkis et dans les conditions des familles rescapées dans des camps en France. En septembre 2001, le président de la République Jacques CHIRAC s'était contenté de reconnaître que "La France, en quittant le sol algérien, n'a pas su sauver ses enfants". Le 14 avril 2012 à Perpignan, le président de la République Nicolas SARKOZY s'était contenté quant à lui de reconnaître à quelques jours du 1er tours des élections présidentielles une "responsabilité historique" de la France dans l'abandon des harkis. Enfin, le 25 septembre 2012, le président de République François HOLLANDE s'est limité à reconnaître uniquement une vérité : "Il y a cinquante ans, la France a abandonné ses propres soldats, ceux qui lui avaient fait confiance, ceux qui s'étaient placés sous sa protection, ceux qui l'avaient choisie et qui l'avaient servie".

Au delà de ces discours compassionnelles, point de reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat français malgré les engagements pris au cours des deux dernières élections présidentielles. En ce qui concerne l'actuel chef de l'Etat, deux ans après son arrivée à l’Elysée et à la veille des commémorations du 14 juillet, François HOLLANDE n’a toujours pas honoré cet engagement à l’égard des familles de harkis. A croire que les harkis et leurs enfants peuvent encore attendre, attendre, attendre encore et toujours...

Le Comité Harkis et Vérité ne pouvait se satisfaire http://p0.storage.canalblog.com/02/00/113362/72020969.jpgde cette situation, un brin humiliante pour l'ensemble des responsables associatifs et pour la communauté harkie en général.

C'est pourquoi, assisté par une équipe d'avocats et sur requête d’un enfant de harki ayant été interné au camp de Bias dans le Lot-et-Garonne durant les années 60 et 70, l'Etat français a été assigné en responsabilité devant la Justice française sur les chefs d'accusation d'abandon des harkis sur le sol algérien à compter du 12 mai 1961, de responsabilité dans les massacres de harkis et de responsabilité fautive dans l'internement des familles de harkis rescapées dans des camps en France.

Sur la base de cette procédure, la Justice française vient de reconnaître officiellement et au nom du peuple français les fautes et la responsabilité de l’Etat français dans l’abandon, les massacres de harkis et les conditions d’accueil des mai  familles de harkis rescapés dans des camps en France.

Par un jugement rendu le 10 juillet 2014 et qui fera date, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a jugé la politique d’abandon des harkis sur le sol algérien initiée à partir du 12 mai 1962 par les gouvernants de l’époque comme constitutive d’une faute qui rend l’Etat français responsable des massacres dont les harkis et leurs familles ont été les victimes : « qu’il est constant que les autorités françaises qui avaient connaissance des massacres et des emprisonnements perpétrés contre les anciens supplétifs dès le cessez le feu n'ont pas pris les dispositions nécessaires qui auraient permis d’éviter totalement ou du moins minorer de manière sensible et significative de tels agissements ; qu'en contribuant ainsi, même indirectement, à rendre effective une telle situation, l’Etat français a commis une faute engageant sa responsabilité ».

Pour ce qui est de la politique d’accueil et d’internement des familles salle audiencede harkis rescapés dans des camps en France, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a souligné avec une terrible clarté la réalité de ce qu’a été cette politique d’internement des harkis en France, notamment au camp de BIAS dans le Lot-et-Garonne. A savoir que pour mener à bien cette politique, l’Etat français a porté atteinte à l’ensemble des droits fondamentaux de l’Homme, et pire encore, les prestations sociales qui devaient revenir aux harkis durant les années 60 et 70 ont été détournées par l’Etat français pour financer le fonctionnement des camps d’internement où les familles de harkis étaient parquées ! « Qu'en outre, l’administration contrôle également le courrier et les colis qui sont ouverts et que si des prestations sociales sont accordées aux familles, elles ne leur sont pas directement versées mais le ministère des rapatriés les réaffecte au financement de dépenses de fonctionnement des camps ; que les conditions de vie difficiles des familles installées au sein des camps ont également eu des conséquences sur l’état physique et moral des personnes » reconnaît le tribunal dans son jugement.

En outre, pour condamner cette politique d’internement dans des camps, les juges se sont placés sur le terrain du droit international, et plus précisément sur le terrain de la Convention européenne des droits de l’Homme et sur le terrain de certaines dispositions de la Constitution de la Vème République pour condamner fermement cette politique des camps comme constituant une atteinte à la dignité de la personne humaine : « que si ces conditions de vie difficiles peuvent trouver une explication sur le court terme en raison de l'arrivée massive de rapatriés alors que les autorités françaises n'avaient pas planifié un tel flux migratoire et les problèmes de sécurité subséquents, une Jammes au camp de Biastelle situation n’a pu se prolonger à moyen et long terme pendant plusieurs années sans considérer qu’il a ainsi été porté atteinte au principe du respect de la dignité humaine garanti notamment par la Déclaration des droits de l'homme et des citoyens et les stipulations de l’article 3 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ; que cette situation est également constitutive de fautes engageant la responsabilité de l’Etat dès lors qu’elle révèle un manquement de l’Etat aux droits fondamentaux et libertés fondamentales issus tant des textes de droit interne que de droit international, ce qui est le cas de la liberté individuelle d’aller et venir protégée par les articles 2 et 7 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 et par l’article 66 de la Constitution du 4 octobre 1958, du respect de la vie privée protégé par l’article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et par l’article 9 du code civil, du secret des correspondances actuellement protégé par les articles L 3-2 et L 32-3 du code des postes et des télécommunications électroniques ; qu’au regard des conditions de la scolarité des enfants de harkis dans ces camps, le principe d’égal accès aux services publics de l’enseignement a été également méconnu ».

Pour le Comité Harkis et Vérité, les familles de harkis attendaient depuis très longtemps cette Avocatreconnaissance officielle de la responsabilité de l’Etat français dans l’abandon, les massacres de harkis et dans les conditions d’accueil des rescapés dans des camps en France. Désormais, cette reconnaissance est acquise devant la plus noble de nos institutions, la Justice française.

La Justice a eu le courage de reconnaître, aujourd’hui, ce que les politiques avaient promis de reconnaître hier et avant-hier. Demain, plus personne ne pourra dire que l'Etat français n'est pas responsable de tout le mal qui a été fait aux harkis et à leurs enfants. Les historiens pourront maintenant travailler plus sereinement sur cette page noire de l'Histoire de France.

La bataille pour la reconnaissance étant aujourd’hui gagnée, la bataille pour la réparation et l’indemnisation des enfants de harkis va pouvoir commencer.  

Le 4 juillet dernier, le Président de la République a annoncé à l’Elysée un plan d’action en faveur des familles de harkis. Aujourd’hui, après cette reconnaissance officielle par la Justice de la responsabilité de l’Etat français dans l’abandon, les massacres de harkis et les conditions d’accueil des familles de harkis rescapées des massacres dans des camps en France, le Comité Harkis et Vérité demande désormais du Président de la République François HOLLANDE la préparation, non pas d’un plan d’action, mais d’un plan de réparation qui devra se traduire par un projet de loi d’indemnisation à présenter prochainement au Parlement.

Le bureau exécutif du Comité Harkis et Vérité

______________

Remerciements :

Le Comité Harkis et Vérité et l'équipe d'avocats tiennent à remercier Monsieur Mohand SACI et Monsieur Alain FERKI qui ont eu le courage de témoigner devant la Justice française sur ce qu'a été la terrible vie que les harkis et leurs enfants ont enduré durant deux décénnies au camp d'internement de Bias dans le Lot-et-Garonne.

__________________________________

Le Conseil d'Etat décline sa compétence pour juger les télégrammes de Pierre Messmer et de Louis Joxe

Harkis et Vérité, le 20 mars 2014


Par un arrêt rendu le 12 mars 2014 et notifié officiellement le 19 mars 2014 aux auteurs de la présente Conseil Etatdémarche de Justice, le Conseil d'Etat ne s'est pas reconnu compétent pour juger de la confirmité à la légalité républiciane des principaux textes édictés par le Gouvernement français pour organiser à partir du 12 mai 1962 l'abandon des harkis sur le sol algérien et à partir de janvier 1964 le maintient  des harkis rescapés des massacres dans des camps en France.


C'est sur requête de l'ancien harki Serge CAREL, accompagné et assisté juridiquement par le Comité Harkis et Vérité, qu'il avait été demandé à la plus haute juridiction administrative de juger au regard des principes fondamentaux du droit français de la légalité du télégramme du ministre des armées Pierre MESSMER n° 1334/MA/CAB/DIR du 12 mai 1962 et les télégrammes des 16 mai 1962 et 15 juillet 1962 du ministre d'Etat, ministre des affaires algériennes Louis JOXE. Ces textes officiels du gouvernement français de l'époque avaient conduit
à partir du 12 mai 1962 à la mise en place de toute une politique d'abandon des harkis à leur propre sort sur le sol algérien.

Enfin, des conclusions avaienté été déposées pour exiger du Conseil d'Etat qu'il statue également sur la circulaire du ministre des rapatriés François MISSOFE du 31 janvier 1964 relative à l'accès au logement qui avait fini par condamner les familles de harkis rescapés des massacres à vivre durablement dans des camps en France.

Face ce procés sensible, le Gouvernement n'a pas contesté la réalité et l'existence de ces textes tout en se limitant à présenter une défense à minima. Refusant de se justifier et débattre sur le fond, il s'est borné à rappeller au Conseil d'Etat que la requête de Serge CAREL et du Comité Harkis et Vérité n'avait qu'un seul but et qu'un seul objectif, à savoir de faire en sorte d'ériger la plus haute jurdiction administrative du pays en juge de l'Histoire.
Pour le Gouvernement, il n'y a pas lieu pour le Conseil d'Etat de s'engager dans cette voie et de juger une page aussi douloureuse et ausi délicate de l'Histoire de France sur la base de faits et des textes datant de plus de cinquante ans.

Au cours du procès, les hauts magistrats n'ont pas été
Serge Carel insensibles aux arguments du Gouvernement. Ainsi, lorsque le rapporteur public du Conseil d'Etat a présenté ses conclusions le 12 février 2014, ce dernier a invité le Conseil d'Etat à ne pas s'engager dans la voie proposée par les requérants, à savoir de faire du Conseil d'Etat le juge de la mémoire du drame des harkis.

"Juger des textes édictés il y a plus de cinquante ans ne relève pas de votre compétence sauf à créer un précédent qui ferait jurisprudence" a précisé le rapporteur public devant un parterre de conseillers d'Etat attentifs et habités par la lourde responsabilité de devoir statuer sur une requête extrêment difficile.

Le 12 mars dernier, la plus haute juridiction administrative a fini par rendre son rendu son arrêt. Il ne relève pas de la compétence du Conseil d'Etat de juger de la légalité du télégramme du ministre des armées n° 1334/MA/CAB/DIR du 12 mai 1962, les télégrammes des 16 mai 1962 et 15 juillet 1962 du ministre d'Etat, ministre des affaires algériennes ainsi que la circulaire du ministre des rapatriés du 31 janvier 1964 relative à l'accès au logement précise l'arrêt du 12 mars 2014.

Cet important arrêt du Conseil d'Etat 
a été notifié aux différentes parties le 19 mars 2014. Serge CAREL et le Comité Harkis et Vérité ont pris acte de cette décision.

" Le combat continue"
a déclaré Serge CAREL. Pour le Comité Harkis et Vérité, "c'est une première voie de droit que nous avons exploré avec notre ami Serge CAREL. Notre équipe d'avocats va continuer à travailler sur une autre démarche qui, cette fois-ci, devrait pouvoir aboutir".

L'arrêt rendu le 12 mars 2014 sur requête de Serge CAREL et du Comité Harkis et Vérité sera publié au recueil des grands arrêts du Conseil d'Etat.

Malheureusement, les
supplétifs de statut civil de droit commun qui n'avait pas engagé de procédure devant la justice administrative (à cause de leur âge, de leur état de santé ou tout simplement parce qu'il ne croyaient plus en la justice) ne peuvent bénéficier de la décision du Conseil d'Etat. Pour qu'il puisse en bénéficier et que l'équité soit totale, il faurdait obtenir une levée des délais de forclusion (pour un an) afin de permettre aux personnes qui n'ont pas fait de recours devant la Justice administrative de déposer une nouvelle demande ou plus simplement d'obtenir de la MIR le réexamen de demandes rejetées (au seul motif que le demandeur étant un supplétif de statut civil de droit commun) afin de tenir compte de la décision rendue le 20 mars 2013 par le Conseil d'Etat.

Nous demandons donc au Président de la République et au Premier ministre de lever les délais de forclusion afin que les dernières personnes encores vivantes, et qui n'ont pas fait de recours devant la justice administrative, puisse déposer une nouvelle demande.

Tous les gouvernements préccédents ont joué la montre. Bon nombre de nos frères d'armes nous ont quitté. Les derniers
supplétifs de statut civil de droit commun encore en vie ont une pensée pour leurs frères d'armes partis pour un monde meilleur.

              Christian MIGLIACCIO
             
est Président de l'Union nationale laïque des anciens supplétifs (UNLAS)
_____________________

Documents :


Arrêt du Conseil d'Etat n° 342957 Comité Harkis et Vérité du 20 mars 2013    Lire

Publication au J.O du 24 mars 2013 de l'arrêt du 20 mars 2013 
Comité Harkis et Vérité   Lire

Décison du Conseil Constitutionnel du 4 février 2011 Comité Harkis et Vérité publiéé au J.O 5 février 2011
 Lire

_


Sommaire

Ce site est dédié à la mémoire des 150 000 harkis massacrés en 1962 après la fin de la Guerre d'Algérie